Des scientifiques de Cambridge étudient ce qui mettrait fin à l'humanité - Yoopya | Yoopya  "/>

 Home | A la Une | Science | Technologie  

octobre 22, 2020 – 12:20 | Views: 31

La Terre existe depuis 45 millions de siècles et pourtant le siècle que nous vivons est unique dans l’histoire.

Illustration | Getty Images

C’est le premier siècle pendant lequel une espèce, la nôtre, exerce tant de pouvoir et est si dominante qu’elle a l’avenir de la planète entre ses mains, écrit le prestigieux astronome britannique Martin Rees dans «Dans le futur : Perspectives pour l’humanité .

L’enjeu est plus important que jamais; ce qui se passe dans ce siècle se fera sentir pendant des milliers d’années, dit-il dans le livre de 2018.

En fait, Rees répète ces avertissements depuis plus de deux décennies, ce qui, pour la grande majorité, semblerait intéressant, mais peu probable. Peut-être qu’à cette époque, ces avertissements ressemblaient plus à de la science-fiction, qu’ à la science.

En fait, il a lui-même reconnu dans une conférence TED que nous nous inquiétons trop des risques mineurs: accidents d’avion improbables, substances cancérigènes dans les aliments, faibles doses de rayonnement … Mais nous et les politiciens qui nous gouvernent vivons dans le déni des scénarios catastrophiques.

Puis 2020 est arrivé et chaque mot de Rees avait une validité effrayante.

Par exemple, dans cette allocution qu’il a prononcée en 2014, il a déclaré que désormais les pires dangers viennent de nous: Et il n’y a pas que la menace nucléaire. Dans notre monde interconnecté (…), les voyages aériens peuvent propager des pandémies et c’est une question de jours, et les médias sociaux peuvent propager la panique et les rumeurs littéralement à la vitesse de la lumière.

Cependant, il y avait ceux qui n’avaient pas besoin de la pandémie de Covid-19 pour écouter Rees. Depuis 2015, un petit groupe interdisciplinaire de chercheurs travaille sous sa direction au Center for the Study of Existential Risk (CSER) de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni.

Le centre, qui a été appuyé par des personnalités du monde universitaire – comme le physicien Stephen Hawking – et de l’industrie – comme l’homme d’affaires Elon Musk – étudie les dangers qui pourraient conduire à l’extinction de l’humanité ou à l’effondrement de la civilisation et que faire pour les atténuer.

C’est précisément sur ce second aspect que travaille la biologiste moléculaire péruvienne Clarissa Ríos Rojas, qui a rejoint le CSER en mars, peu avant que le gouvernement britannique décrète la quarantaine pour le coronavirus.

Nous avons déjà eu des pandémies et pourtant le covid-19 nous a pris au dépourvu, déclare Ríos à BBC Mundo. Alors qu’est-ce qui ne va pas? Quelles leçons pouvons-nous tirer de cette expérience et comment pouvons-nous nous préparer à nouveau pour l’avenir?

En d’autres termes, son travail à Cambridge consiste à identifier pourquoi les prédictions basées sur des données scientifiques ne sont pas entendues et, par conséquent, à produire des politiques publiques qui préparent l’humanité à la prochaine catastrophe mondiale.

Tout comme la crise profonde provoquée par le coronavirus n’était pas la première, ce ne sera pas la dernière.

Cinq zones à risques

La première chose que Ríos explique, c’est qu’il y a une différence entre le risque catastrophique et existentiel.

Bien que les définitions varient légèrement entre eux, il est généralement entendu que les événements à risque catastrophique sont ceux qui, s’ils se produisent, tueraient 10% de la population mondiale ou causeraient des dommages équivalents.

Pour référence, on considère que l’événement le plus meurtrier du XXe siècle a été la pandémie de grippe de 1918, mieux connue sous le nom de grippe espagnole, où entre 1% et 5% de la population mondiale est décédée, selon différentes estimations.

Lire la suite sur BBC Afrique

Print Friendly, PDF & Email

Source: bbc.com

A LIRE AUSSI:

Leave a Reply

*

code

© Yoopya · Subscribe: RSS Twitter · Yoopya Francophone designed by Yoopya

Soutenez-nous!

Si vous aimez ce site, soutenez-nous en cliquant sur l’un de ces boutons!

Des scientifiques de Cambridge étudient ce qui mettrait fin à l’humanité