Réparation de l'esclavage : les descendants d'esclaves doivent-ils recevoir une compensation financière ? - Yoopya | Yoopya

 Home | A la Une | Actualités | Afrique | Monde  

juillet 6, 2020 – 11:52 | Views: 33

Maya Moretta a découvert les liens de l’université de Georgetown avec l’esclavage lorsqu’elle s’est inscrite à un cours de Black studies dans la prestigieuse institution universitaire américaine.

Les manifestations de Black Live Matters à travers le monde ont relancé le débat sur les réparations pour l’esclavage. | GETTY IMAGES

Mais l’étudiante de 21 ans n’était pas vraiment préparée à voir ce passé esclavagiste reflété dans les archives de l’université, qu’elle a fouillées dans le cadre de ses études.

Ce qui m’a choquée, ce sont les documents dans lesquels les personnes asservies étaient traitées comme de simples objets. Par exemple, les étudiants amenaient leurs propres esclaves pour travailler à l’université afin de payer moins de frais de scolarité. Ce fut un moment révélateur, j’ai senti qu’il fallait faire quelque chose pour réparer l’héritage de toute cette injustice, raconte-t-elle.

Maya s’est ensuite activement engagée dans le débat sur les réparations pour l’esclavage – un concept de justice politique qui répond à la nécessité de réparer économiquement les injustices passées.

C’est une idée qui divise beaucoup, comme l’a découvert l’étudiante elle-même lorsqu’elle a commencé à faire campagne pour que Georgetown retrouve son passé esclavagiste.

Certains de mes collègues étaient contre toute forme d’action, même si nous avons des descendants d’esclaves qui y étudient actuellement à Georgetown , dit-elle à la BBC.

Et le débat est tout sauf nouveau.

Mais il a été ravivé par les manifestations de Black Lives Matter aux États-Unis et dans d’autres pays – surtout après que des dizaines de monuments et de statues associés à d’anciens propriétaires d’esclaves aient été soit défigurés soit détruits.

Des entreprises et des institutions ont présenté leurs excuses pour leur implication passée dans la traite des esclaves.

Parmi eux, l’Église d’Angleterre et la Lloyd’s de Londres, un organisme financier vieux de trois siècles qui assurait les propriétaires d’esclaves contre les pertes d’esclaves et de navires négriers.

Même les Nations unies sont intervenues dans le débat, et la haut commissaire aux droits de l’homme, l’ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet, a exhorté les anciennes puissances coloniales à réparer des siècles de violence et de discrimination par des réparations.

Quelle est l’idée derrière le mouvement de réparation ?

En fait, les réparations font partie d’un manifeste de Black Lives Matter publié en 2016, ainsi que d’une revendication de longue date de la part de militants et d’organisations du monde entier.

L’argument principal est que les descendants de ceux qui ont été soumis à l’esclavage devraient recevoir une compensation financière pour les dommages qui ont survécu aux générations dont la vie a été directement affectée par le travail forcé.

Les militants ont mis l’accent sur les victimes de la traite transatlantique des esclaves, c’est-à-dire l’asservissement et la traite vers les Amériques de quelque 11 millions d’hommes, de femmes et d’enfants africains entre le XVIe et le XIXe siècle.

Le débat a été plus vif aux États-Unis, où la question des réparations a été débattue au Congrès dès 1865, et plus récemment en 2019 – et où il y a eu aussi des cas isolés de dédommagement de descendants d’esclaves.

Mais d’autres nations ont également pris des mesures pour remédier à l’héritage de l’esclavage dans leur société. C’est le cas notamment de la Communauté des Caraïbes (Caricom).

Ce bloc de 15 nations des Caraïbes a créé une commission en 2013 pour établir les arguments moraux, éthiques et juridiques en faveur du paiement de réparations.

Lorsque Haïti est devenu indépendant de la France en 1804, après une rébellion victorieuse des esclaves, il a été obligé de payer l’équivalent de 21 milliards de dollars en argent d’aujourd’hui pour s’assurer que les troupes de Napoléon ne reviendraient pas au combat, explique l’écrivain haïtien Dimitri Leger à la BBC.

Mon pays n’a remboursé cette dette à son ancien maître colonial qu’en 1947, et avec un coût énorme. Si je ne m’attendais pas à ce que la France se rattrape, je n’honorerais pas le sacrifice de mes ancêtres, ajoute Leger.

Le Brésil, un pays qui a accueilli plus de 4 millions d’esclaves africains pendant quatre siècles, a créé une Commission de la vérité sur l’esclavage pour mettre les réparations à l’ordre du jour du gouvernement.

Les nations africaines ont également lancé des appels en faveur de compensations, et une commission a estimé qu’en 1999, le continent devrait recevoir 777 000 milliards de dollars de ses anciens colonisateurs européens.

Un héritage paralysant

Si l’achat et la vente d’êtres humains ont été abolis il y a plus de 200 ans, les conséquences sociales et économiques néfastes de cette pratique persistent.

Aux États-Unis, l’abolition de l’esclavage en 1865 a d’abord été suivie par la promesse de 40 acres de terre et une mule pour chaque travailleur émancipé.

Mais ce qu’ils ont réellement reçu, c’est un racisme généralisé, y compris une ségrégation formelle par le biais des tristement célèbres lois Jim Crow – une législation d’État et locale qui a refusé les droits fondamentaux aux Noirs dans une grande partie du pays jusqu’en 1965.

L’un des arguments avancés par le mouvement de réparation est que l’impact de ce racisme et de cette ségrégation s’est traduit par des disparités persistantes et une inégalité économique qui doivent être rééquilibrées.

Aux États-Unis, par exemple, les ménages blancs sont en moyenne dix fois plus riches que les ménages noirs, et cet écart se reflète également dans de nombreux autres indicateurs tels que l’accession à la propriété et l’accès à l’enseignement supérieur.

La richesse n’est pas quelque chose que les gens créent uniquement par eux-mêmes ; elle s’accumule à travers les générations, a écrit la journaliste et militante Nikole Hannah-Jones dans un essai publié par le New York Times le 26 juin.

En mars de cette année, Hannah-Jones a remporté un prix Pulitzer – le prix de journalisme le plus célèbre d’Amérique – avec son Projet 1619 interactif, nommé d’après la date d’arrivée aux États-Unis des premiers esclaves africains.

Elle est l’une des nombreuses voix qui pensent que les compensations sont la seule façon de s’attaquer à ces disparités.

Si l’on veut que la vie des Noirs ait vraiment de l’importance en Amérique, cette nation doit dépasser les slogans et le symbolisme. Il est temps pour ce pays de payer sa dette, a-t-elle écrit.

Une voix politique forte en faveur des réparations est celle d’Alexandra Ocasio-Cortez, la plus jeune femme à avoir jamais servi au Congrès américain.

Calculer (et payer) la facture

L’un des aspects les plus discutés de ces réparations est de savoir qui doit payer la facture – et pour quel montant.

Des appels ont été lancés aux entreprises, aux institutions et aux familles qui possédaient des esclaves pour qu’elles versent des compensations, mais dans la plupart des propositions, l’exécution s’arrête au niveau du gouvernement.

L’État est toujours coupable, car il a créé l’environnement dans lequel les individus, les institutions et les entreprises ont participé à l’esclavage et au colonialisme, déclare Verena Shepherd, professeur à l’Université des Antilles et vice-présidente de la Commission de réparation de la Caricom.

La stratégie principale consiste donc à négocier avec les anciennes nations colonisatrices… pour un ensemble de mesures de développement, ce qui a été refusé après l’émancipation des esclaves, ajoute-t-elle.

Mais comment chiffrer l’impact à long terme de l’esclavage ?

Des estimations élevées – comme les 777 000 milliards de dollars demandés par les nations africaines en 1999 – coexistent avec des évaluations plus modestes.

William Darity, professeur d’économie à l’université de Duke, est l’un des universitaires les plus renommés qui étudient les réparations. Il estime qu’environ 30 millions de Noirs ont des ancêtres esclaves traçables et que chacun d’entre eux devrait recevoir 250 000 dollars.

Mais même cette demande relativement modeste s’élèverait à 10 000 milliards de dollars de compensations, soit plus du double du budget total du gouvernement américain pour 2020.

L’objectif des réparations est de mettre fin à l’inégalité de richesse entre les populations blanche et noire, a déclaré le professeur Darity à la BBC.

Après la fin de l’esclavage, lorsque les descendants noirs des esclaves ont réussi à atteindre un certain degré de prospérité, leurs communautés ont été détruites par les massacres [perpétrés par] les blancs, ajoute le professeur Darity.

D’autres calculs ont attribué une valeur beaucoup plus faible aux réparations individuelles, soit environ 16 200 dollars par personne.

Mais qu’est-ce que ces calculs prennent en considération ?

Le professeur Darity, par exemple, a basé ses estimations sur la tristement célèbre promesse de 40 acres et d’une mule à chaque esclave américain libéré – plus précisément, sur la somme d’argent qui valait en 1865 pour ensuite ajouter les intérêts et l’inflation au fil des décennies.

D’autres études se sont penchées sur le montant des salaires qui seraient dus aux esclaves après des siècles de travail non rémunéré.

Il va sans dire que les calculs sont toujours complexes – et souvent contestés.

Réparations à l’ordre du jour

Les partisans des réparations de l’esclavage espèrent que les récents développements face à l’inégalité raciale et à la violence policière aux États-Unis, particulièrement déclenchés par la mort de George Floyd le 25 mai, renforceront le soutien à leur cause.

Le dernier sondage, publié par l’Institut Gallup il y a un an, avait déjà montré un soutien croissant de la part du grand public.

Lire la suite de l’article sur bbc.com

Print Friendly, PDF & Email

Source: bbc.com

A LIRE AUSSI:

Leave a Reply

*

code

© Yoopya · Subscribe: RSS Twitter · Yoopya Francophone designed by Yoopya

Soutenez-nous!

Si vous aimez ce site, soutenez-nous en cliquant sur l’un de ces boutons!

Réparation de l’esclavage : les descendants d’esclaves doivent-ils recevoir une compensation financière ?