L’auteur de la fusillade au Texas n’aurait pas dû avoir le droit de porter des armes | Yoopya

 Home | A la Une | Actualités | Amérique | Monde  

novembre 7, 2017 – 9:09 | Views: 138

Le tireur a été condamné pour violences conjugales lorsqu’il était à l’armée, mais l’US Air Force n’a pas informé le FBI. Une enquête a été ouverte.

Policiers americains

Des policiers gardent l’entrée de la propriété du tireur de l’église au Texas. © AFP/ ERICH SCHLEGEL

Devin Patrick Kelley, l’auteur de la fusillade au Texas qui a fait 26 morts dans une église dimanche, n’aurait pas dû avoir le droit de porter des armes en raison d’une condamnation pour violences conjugales. Mais l’US Air Force n’avait pas informé le FBI de cette condamnation. « Le délit de violence conjugale de Kelley n’a pas été inscrit au registre du Centre national d’information criminelle (NCIC) », a indiqué lundi soir l’armée de l’air américaine, en précisant avoir ouvert une enquête. L’ex-caporal, jugé dans une cour martiale en 2012 pour violences contre son épouse et l’enfant de cette dernière, avait été condamné à 12 mois de détention avant d’être dégradé au rang de simple soldat et d’être chassé de l’armée. Le Pentagone est normalement tenu de communiquer au FBI toute condamnation par une cour martiale, pour son inclusion dans les registres du NCIC. Selon la loi fédérale, l’ancien caporal reconverti en agent de sécurité n’avait donc pas le droit d’acheter ou de posséder une arme à feu, a rappelé l’armée de l’air américaine.

Dimanche, armé d’un fusil semi-automatique AR-15, il a choisi la First Baptist Church de Sutherland Springs, petite bourgade texane à l’est de San Antonio, pour perpétrer l’une des pires fusillades de l’histoire contemporaine des États-Unis. Son geste reste encore inexpliqué. « Il y avait un différend dans cette famille », a toutefois avancé lundi Freeman Martin, un responsable des forces de l’ordre du Texas, expliquant que la belle-mère de Devin Patrick Kelley fréquentait cette église. Selon CNN, qui cite plusieurs amis de la famille, la grand-mère de la femme du tireur a été abattue dans l’église aux murs blancs typique de cette région.

Un bébé et des enfants parmi les victimes

L’équipée sanglante de Devin Patrick Kelley a débuté vers 11 h 20, pendant l’office religieux du dimanche, lorsqu’il est entré dans le lieu de culte tout de noir vêtu, protégé par un gilet pare-balles et armé d’un AR-15. Selon les forces de l’ordre texanes, 15 chargeurs d’une capacité de 30 balles chacun ont été retrouvés, vides, sur les lieux du crime. Le tueur, connu pour ses positions farouchement antireligieuses et athées, a notamment abattu un bébé de 18 mois, un garçonnet de deux ans ou encore une personne âgée de 77 ans. Il a également blessé 20 personnes. Dix d’entre elles se trouvaient encore à l’hôpital dans un état grave ou critique, lundi soir.

Un voisin, armé du même fusil AR-15, s’est ensuite opposé au tireur avant que ce dernier prenne la fuite à bord de son SUV blanc, laissant son arme derrière lui. S’est ensuivie une course-poursuite d’une dizaine de minutes, le voisin en question, Stephen Willeford, ayant demandé au chauffeur d’un pick-up qui faisait le plein à proximité de prendre en chasse le véhicule du tueur. Déjà blessé au bras et au torse, Devin Patrick Kelley a appelé son père pour lui dire qu’il « n’allait pas s’en sortir ». Après avoir eu un accident avec sa voiture, il a alors retourné son arme contre lui, dans ce qui s’apparente à un suicide.

Lire la suite sur lepoint.fr

Print Friendly, PDF & Email

Article from: lepoint.fr

A LIRE AUSSI:

Leave a Reply

© 2019 Yoopya · Subscribe: RSS Twitter · Yoopya Francophone designed by Yoopya

Soutenez-nous!

Si vous aimez ce site, soutenez-nous en cliquant sur l’un de ces boutons!

L’auteur de la fusillade au Texas n’aurait pas dû avoir le droit de porter des armes