Libération de plus de 50 femmes et enfants otages de Boko Haram | Yoopya

 Home | Actualités | Afrique  

août 1, 2015 – 10:18 | Views: 389

A la suite d’une nouvelle opération militaire contre Boko Haram, l’armée nigériane a annoncé jeudi la libération de 59 otages de Boko Haram, dont 29 femmes et 25 enfants. Une nouvelle qui intervient alors que la future force militaire régionale chargée de combattre Boko Haram s’organise.

boko-haram | itele.fr

boko-haram | itele.fr

Le colonel Tukur Gusau, porte-parole de l’armée nigériane, a annoncé jeudi 30 juillet :

Nous avons secouru 59 civils retenus en captivité par les terroristes, dont 25 enfants, 29 femmes et cinq hommes âgés.

L’opération a été menée mercredi dans « deux camps » dans l’Etat de Borno, territoire du Nord-Est du Nigeria où la présence de Boko Haram est importante. Les captifs libérés vont être tous remis aux secours nigérians de cet État, comme cela avait déjà été le cas par le passé, a indiqué le porte-parole.

L’armée nigériane a déjà annoncé avoir libéré des centaines de femmes et d’enfants retenus captifs par Boko Haram, ces derniers mois. En mai dernier, environ 700 femmes et d’enfants avaient été libérés en une semaine. Les captifs étaient principalement détenus dans la forêt de Sambisa, un des repaires historiques du groupe islamiste désormais affilié à l’organisation État islamique.

La future force régionale contre Boko Haram se dote d’un chef

La libération de ces 59 captifs intervient alors que la future force régionale s’organise. Le général nigérian Iliya Abbah a été nommé jeudi à la tête de cette force qui rassemble plus de 8 000 hommes, en provenance du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun. Cette Force d’intervention conjointe multinationale (MNJTF) doit permettre de mieux coordonner les efforts de la coalition militaire du Nigeria et de ses voisins.

Le général Iliya Abbah, un musulman originaire du nord du Nigeria, a une expérience importante du commandement militaire. Il a été responsable des opérations dans le delta du Niger, une région pétrolière stratégique dans le sud du Nigeria. Avant d’y être envoyé, il avait dirigé la deuxième brigade de l’armée nigériane basée dans la grande ville de Kano (nord). Cet officier d’infanterie a également appartenu au contingent nigérian dépêché au Darfour dans le cadre des opérations de maintien de la paix, a précisé à l’AFP un de ses proches.

10 pêcheurs égorgés près du lac Tchad

Mais pendant que la force régionale se met en place, les exactions de Boko Haram se poursuivent au Nigeria. Dix pêcheurs ont été égorgés au couteau par des membres du groupe armé extrémiste dans trois villages proches de Baga, sur les rives du lac Tchad, dans le nord-est du Nigeria.

L’attaque s’est déroulée lundi mais la région étant très isolée et les lignes téléphoniques n’y fonctionnant quasiment plus, les témoins ont dû attendre de rejoindre Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, à plus de 100 km au sud, pour lancer l’alerte.

Le président du syndicat des pêcheurs de l’Etat de Borno, Abubakar Gamandi, a déclaré jeudi à l’AFP :

Lundi à 16h00, Boko Haram a attaqué trois villages sur les rives du lac Tchad où ils ont massacré 10 personnes, tous des pêcheurs (en évitant d’utiliser des armes à feu) pour ne pas attirer l’attention des soldats de Baga, ils ont utilisé des couteaux.

Les villages de pêcheurs situés autour de Baga avaient tous été désertés en janvier, après une des attaques les plus meurtrières jamais commises par Boko Haram, ayant tué environ 2 000 personnes, selon les témoignages rapportés.

Mais « depuis un mois, les habitants de la région de Baga (…) ont commencé à revenir dans certains villages sécurisés par l’armée pour relancer leur commerce de poisson, ils ramènent leurs poissons à Maiduguri, pour les vendre et gagner de l’argent parce que la vie dans les camps de déplacés est devenue très difficile, à cause du manque de nourriture « , a expliqué M. Gamandi.

En tout, plus de 800 personnes ont péri dans des attaques commises par Boko Haram au Nigeria, depuis l’arrivée au pouvoir le 29 mai du président Muhammudu Buhari, qui avait déclaré la guerre au groupe armé.

Maïna Fauliot-Marjany (@MainaFauliot) avec AFP – Photo de Une : leader de Boko Haram (Capture d’écran d’une vidéo de propagande)

Source: itele.fr

Print Friendly, PDF & Email

Étiquettes : , , ,

A LIRE AUSSI:

Leave a Reply

© 2019 Yoopya · Subscribe: RSS Twitter · Yoopya Francophone designed by Yoopya

Soutenez-nous!

Si vous aimez ce site, soutenez-nous en cliquant sur l’un de ces boutons!

Libération de plus de 50 femmes et enfants otages de Boko Haram